BONJOUR A TOUS, BIENVENUE SUR

AFRIKAMPUS

NOS UNIVERSITES COMME JAMAIS VOUS NE LES AVEZ VUES

IT OFFICER

Qui êtes-vous ??

Je me nomme Abdelaziz Aboubacar SAWADOGO. Je suis ingénieur des travaux en Réseaux Informatiques et Télécommunications, de l’Institut Supérieur de Génie Electrique (ISGE). Je suis IT Officer: chargé des systèmes d’informations, dans une entreprise (CVP). Nous sommes prestataires de services informatiques, pour des entreprises de la place.

Pouvez-vous nous décrire les tâches que vous menez?

Ce qui se fait presque tout le temps, c’est la maintenance. Ça peut aller de l’ordinateur d’un client, qui ne s’allume pas, (maintenance curative) à une maintenance préventive (soufflage de machines et autres…). En plus de la maintenance je suis administrateur Windows Server. En fonction des besoins de l’entreprise, on met en place le serveur qui sied. La mise en place va du simple PC, au serveur proprement dit (et configuration pour le stockage, les sauvegardes, les mises à jour). Et enfin je suis technico-commercial, la technique comme précédemment décrite, mais en plus commercial car je trouve des clients, je dois les approcher pour leur vendre des solutions, je les conseille sur leurs achats.

Quels sont les outils utilisés dans ce domaine ?

Bon ce sont les mêmes outils hein, ceux que vous connaissez !
Il y a les PC, les testeurs réseaux, les switchs, les tournevis pour démonter les appareils, les serveurs, etc... Comme technologies, on utilise aussi des logiciels de sauvegarde, des anti-virus (étant partenaires Kaspersky d’ailleurs)…

Comment se font les déplacements ?

En moto, en voiture, selon les moyens...

Selon vous, quelles sont les qualités requises pour ce travail ?

Bon !! J’estime qu’il y a 3 qualités primaires :
Le côté relationnel ou social : le comportement vis-à-vis des clients, la capacité à causer avec eux, même excepté le problème qu’ils rencontrent ; par exemple, une fois arrivé chez un client, un Bonjour amical, tout en étant souriant. Certains clients s’énervent vite, ont la mine serrée, ne répondent pas aux salutations, il y a toute sorte de personnes, et avec eux, il faut être cordial et ne pas s’énerver facilement.
Aussi il y a la qualité métier, c’est-à-dire, dans son domaine, on doit pouvoir expliquer le problème aux clients sans pour autant employer des termes techniques. Par exemple, à un client qui n’arrive pas à se connecter à Internet, parce que son DHCP ne lui donne plus d’adresse IP, dire « Voilà, vous n’arrivez pas à vous connecter, car quand l’ordinateur contacte le serveur, le service censé lui donner une adresse ne fonctionne pas. » c’est simple, et même sans savoir ce qu’est une adresse, il a compris. Il y a aussi le physique, être propre et décemment habillé, afin que ta simple vue inspire confiance au client. A CVP, nous avons d’ailleurs une tenue, un polo avec le logo de l’entreprise ; le choix nous est donné quant aux chaussures et au jean à porter avec, mais le tout doit être présentable. Par conséquent, même nos itinéraires sont bien choisis (routes goudronnées à privilégier), afin d’arriver propre chez le client, car dans le cas contraire, vous aurez beau être compétent, il vous verra d’un mauvais œil.
Pour finir il faut être humble, face à un problème que tu n’arrives pas à résoudre, il ne faut pas avoir honte d’avouer que c’est la première fois que tu le rencontres. Bien entendu, il faut aller se documenter, et continuer à chercher la solution pour rassurer le client. Il ne faut pas se dire que l’on connaît tout, au contraire, se dire qu’on ne sait rien et toujours chercher à apprendre !!

Les différents types d’entreprises

Toutes sortes d’entreprises. Par exemple, j’ai un client qui fait dans du coton, un qui tient un garage, des ONG qui font dans la météo, le réchauffement climatique, des forestiers, des pharmaciens, des centres de presse ; c’est leur secteur d’activité mais dans leur entreprise ils ont besoin de serveurs et tout. Avant je me disais si ce n’est pas une entreprise cotée informatique, il n’y aura rien d’intéressant dedans, mais avec du recul, je vois que ce n’est pas le cas.

Coté Onatel Telmob...

Le problème à ce niveau c’est que leurs recrutements se font principalement sur concours, et généralement pas après un stage, ou une période d’essai comme nos entreprises.

Pour terminer, côté rémunération comment ça se passe ?

Côté salaire, si vous vous attendez à sortir tout de suite avec un BAC+2 et à toucher 1 million comme salaire vous avez menti hein ! Qu’on se dise la vérité, vous arriverez dans des entreprises où on vous proposera 100 ou 200 000 f cfa. Le salaire n’est pas de prime abord au top, on vous parle de 600 000 f cfa pour un BAC +3, et vous êtes prêts à refuser l’emploi à cause de ça, ok.., mais vous allez chercher ces mêmes 200 000 sans les trouver.
Vous venez de terminer les études, vous n’avez pas d’expérience, une entreprise qui vous embauche est obligée de vous former, et elle perd, vous ne pouvez pas vouloir en plus de ça qu’elle vous donne un salaire aussi élevé, ce sera une désillusion hein.

Sur le plan carrière, l’évolution est facile?

Moi par exemple, j’étais juste technicien quand j’ai commencé. Après je suis devenu chef d’équipe, j’ai eu à gérer une équipe. Suite à ça je suis devenu technico-commercial, vous voyez, on avance. Ensuite je vais sûrement laisser les maintenances pour m’occuper essentiellement des serveurs.

C'est vrai qu'il faut parler l'anglais ?

Ahh les gars, l’anglais est un atout. Moi, pour ça, j’ai fait une année blanche, comme je le disais, je suis allé au Ghana, où j’ai fait 3 mois d’anglais et un stage pour le reste du temps, dans une entreprise informatique où l'on parle anglais. Je suis allé chez des clients qui m’ont expliqué leur problème en anglais, et au début je ne comprenais pas, j’encaissais seulement et ensuite je vérifiais moi-même quel était vraiment le problème.
L’anglais est important, vos professeurs vous le diront, il est plus facile de passer une certification en anglais qu’en français. Et si tu as un souci et que tu veux chercher la solution sur Google, sur un forum, il y aura plus de solutions en anglais qu’en français. Il y a aussi un outil sur ordinateur appelé observateur d’évènements, qui te donne lorsqu’il y a un problème, le compte rendu détaillé de ce qui s'est passé et parfois il est en anglais, bien que ton système d'exploitation soit en français.
Une fois que tu comprends l’anglais, tout devient bien plus facile ; j’arrive aujourd'hui à suivre des tutos en anglais sur Youtube sans problème. Donc il faut vous y mettre.
Aussi je dois vous dire que l’anglais est une matière incontournable dans la technique. Les meilleurs documents sont produits en anglais et donc vous n’aurez pas d'autre choix que celui de comprendre l’anglais.

Pourquoi ne pas être allé jusqu’à l’ingéniorat ?

J’ai plus été dans le monde du travail alors, dès que j’en ai eu l’occasion, j'y suis entré. En plus, il y a des circonstances qui m'y ont poussé aussi. Si vous vous avez l'occasion d'aller jusque-là, saisissez-là.

Quelles sont vos activités ??

Comme mes autres collègues techniciens, j’ai un portefeuille de clients et je suis responsable du parc informatique de ces clients. Bien sûr, mes activités dépendent du contrat qu’il y a entre ces clients et notre entreprise. Certaines nous donnent la gestion totale de leur parc, cela va du simple combiné téléphonique jusqu’aux serveurs, en passant par les ordinateurs, les imprimantes, les caméras ; d’autres qui ont déjà un informaticien, nous en donnent une gestion partielle

Ça s’apprend sur le terrain, ou faut-il une formation pour cela?

Non, je n’ai pas eu de formation en tant que commercial, c’est mon expérience en fait. On va dire que je suis dans l’informatique ça fait bien longtemps hein, plus de 17 ans (passant même par un Bac H); c’est toute cette expérience cumulée qui donne ça.

Quelles sont les conditions de travail ?

On débute à 7h30 du matin…
D’accord…
C’est tout !!!! Pour la descente là D’joh, tu ne sais pas à quelle heure tu vas descendre.
Bien sûr officiellement, c’est marqué 16H mais tant qu’il y a des problèmes (le serveur d’un client tombe en panne) tu ne peux pas rentrer chez toi !!
Parfois on rentre à 2H- 3H du matin, à 7h30 on doit être là ! Ce n’est pas tout le temps que ça arrive, mais quand ça arrive, D’joh, il faut faire face quoi !! Tu n’as pas le choix, c’est le métier qui demande ça !!
On a des entreprises qui perdraient des milliards si elles faisaient une journée sans travailler, donc même samedi, dimanche, s’il le faut, on va travailler. Mais s’il n’y a rien, on rentre tranquillement se reposer à 16H, en attendant qu’il se passe quelque chose.

Comment travaillez-vous ?

Nous travaillons par groupe, ce n’est pas ce qui est obligé mais plutôt conseillé, pour une question de partage de connaissances (et d’expériences). L’expérience l’a prouvé d’ailleurs, plus on est, mieux on réfléchit.
Sinon on a la flotte dans notre service, bien qu’étant parti seul, je peux appeler un collègue pour échanger sur un problème, jusqu’à notre DG, qui a fait de l’informatique lui aussi. Et c’est ce qui nous fait avancer.

Quels sont les débouchés dans le monde de l’emploi ?

Les gars, il faut d’abord savoir que ce n’est pas parce que tu as fait Réseaux et Télécoms, que tu vas travailler dans le domaine des Réseaux ou des Télécoms. Certains vont se spécialiser en sécurité informatique, en administration serveur ; d’autres se spécialiseront en maintenance (ah la maintenance est un domaine qui paye, très bien, parce qu’il s’agit du service de base, toutes les machines informatiques ont obligatoirement besoin de maintenance), en administration Web, en programmation, en transmission, etc. les débouchés sont nombreux.
Néanmoins, les deux restent liés, on peut se spécialiser d’un côté, mais toujours avoir besoin de l’autre. Moi par exemple, j’adore les réseaux ; les Télécoms, ce n’est pas ma tasse de thé, mais je peux discuter avec un spécialiste en Télécoms, car je reste informé, seulement ce n’est pas mon kiff quoi.

Peut-on aller loin avec ce diplôme d'ingénieur des travaux ou en faut –il plus ?

Déjà, les entreprises prennent en compte le niveau d’études, vu que nous suivons un système francophone. Moi, j’ai fait le Ghana, je connais le système anglophone où le papier c’est du blabla, concrètement on cherche ce que tu sais faire.
Tu peux y croiser quelqu’un qui a le CEP, mais beaucoup de connaissances techniques car il a appris sur le tas, et a avancé en passant dans beaucoup d’entreprises, la connaissance est privilégiée par rapport aux diplômes. Sinon ici nous voyons des stagiaires, BAC+3, ne sachant même pas partitionner un disque, on se demande ce qu’ils ont bien pu apprendre à l’école.
Maintenant, il y a ce système de certifications, qui commence à venir au Burkina, mais est plus développé dans les pays anglophones au point d’être inclu dans leur formation. Il y a les certifications Cisco, Windows Server, Office, Linux, etc. Et quand vous avez l’occasion d’en passer une, passez-là ; ou au moins prenez le cours et essayez d’en tirer les connaissances nécessaires, pour pouvoir la passer quand vous aurez assez d’argent. Des entreprises peuvent même payer pour que leurs employés les passent. Et chez nous, parce que nous sommes partenaires Kaspersky, Microsoft, ... nous avons plus de facilités pour ces certifications. Il y a un de mes collègues qui est entrain de bosser pour passer la certification Kaspersky, et moi je bosse pour Windows 10 et Windows Server 2012 R2. Ça fait partie de la formation continue aussi.

Qui du privé ou du public paye le mieux ?

Ah là franchement, je n’en ai aucune idée, mais je me dis que le plafond du privé doit être supérieur au plafond du public, même si ça doit aussi être ceux qui peuvent te payer le salaire le plus bas. Parce que dans le public, tout le monde connaît le salaire de base, le salaire minimal, mais dans le privé, il reste au choix des entreprises.

Y a-t-il beaucoup de pression?

Il faut faire avec, on demande d’être disponible évidemment, mais pas tout le temps, il y a une vie après le travail, mais juste quand il le faut. Un client peut appeler pour un problème qu’il rencontre, mais ce problème peut attendre le lendemain. Dans d’autres cas par contre, il peut avoir une réunion très importante à préparer, et là, il faut se déplacer, c’est le métier qui demande ça. Un pompier ne refuse pas d’aller éteindre un feu, quelle que soit l’heure à laquelle il est appelé.
On peut avoir envie de s’énerver contre notre patron, contre le client, mais il faut surmonter ça, c’est le métier que nous avons choisi.
Dans notre entreprise par exemple, tu peux demander une journée pour te reposer, si tu sais que tu t’es trop donné pendant la semaine, et on te l’accorde.

Vous allez poursuivre vos études ?

Oui, mais pas tout de suite. Une fois que l’on commence à travailler, c’est difficile de continuer, même en formation continue. Actuellement, je ne me revois pas m’assoir en classe, et bosser pour un devoir, franchement, les gars !!

Quel conseil donnerais-tu à un élève qui voudrait suivre la même voie ?

Ce que je peux donner comme conseil, c'est de bosser, avoir vraiment l'esprit d'apprentissage. C'est valable dans tous les domaines de la vie. Tout le reste découle de ça.
Tout ce que j’ai dit, il s’agit essentiellement de mon entreprise, d’autres vous diront autre chose, mais beaucoup de points seront communs.